Archives de la catégorie ‘Nanterre d’Avenir’

Retour sur le débat : Les conséquences des facteurs environnementaux sur notre santé.

10 octobre 2019 | Nanterre d'Avenir

https://youtu.be/ru_dj6jlq3Y Rencontre - Débat : Les conséquences des facteurs environnementaux sur notre santé et celle de nos enfants : comment agir localement?

Rencontre Débat

16 septembre 2019 | Nanterre d'Avenir

Les impacts de la pollution et des perturbateurs endocriniens sur notre santé sont des sujets qui nous concernent , venez débattre avec sur ce sujet le 25 septembre

Avec NanTerre D’Avenir, un nouvel Espace de débat à Nanterre

17 mars 2019 | Nanterre d'Avenir

Les dernières élections présidentielles et législatives ont laissé un sentiment de dépossession aux Nanterriennes et Nanterriens. Parmi ceux-ci, nombreux sont ceux qui affirment vouloir s’engager, œuvrer pour la ville, l’intérêt général, la collectivité, mais de manière différente. Nombreux sont ceux qui refusent l’archaïsme d’une démocratie qui se réduit trop souvent à une concentration des pouvoirs entre les mains d’un petit groupe de professionnels de la politique, voire du clientélisme, ou d’une surdité des élus et de l’Etat aux demandes des citoyens. Nombreux, et divers : quels que soient nos différences, nos parcours, nos origines, nos éventuelles appartenances politiques, nous sommes nombreux, divers, et motivés à l’idée de contribuer pour une grande idée. Ouvrir une nouvelle étape  pour Nanterre. Des citoyens, des associatifs, des élus se sont rassemblés dans l’association « NanTerre d’Avenir » avec l’objectif de placer au-dessus de tout « Nanterre ». Il s’agit de : Créer un lieu de réflexions, d’échanges, de débats, de propositions et de communication sur toutes les questions touchant à la ville de Nanterre. Rassembler toutes celles et tous ceux déterminés à  agir, afin d’impulser un nouvel élan. Incarner  dans le débat public une voie indépendante des partis politiques.Inciter à l’engagement et à la prise de responsabilité des citoyens dans la société.contribuer à la cohésion sociale. favoriser l’émergence d’une démocratie participative. Pour vraiment laisser la place aux acteurs de Nanterre NanTERRE d'Avenir n'est pas dirigée par des élus. C'est un gage fondamental.

Intervention Débat d’Orientation Budgétaire de Nanterre

21 février 2019 | Au conseil Municipal, Nanterre d'Avenir

Notre collègue vient de nous tracer les grandes lignes du dernier exercice budgétaire de notre mandat. Je tiens à saluer la détermination dont il a fait preuve ainsi que l’énergie déployée par la direction des finances pour avoir, dans le contexte chaotique que nous connaissons, mené à bien ces successives préparations budgétaires.   Car au-delà d’imposer des contraintes financières importantes, chaque lois de finance a apporté son lot d’incertitudes. Aujourd’hui encore, nous ignorons quel seront les incidences financières de la réforme de la fiscalité à venir pour notre ville. Ces aléas, ne nous ont pas empêchés de tenir ensemble une grande partie des engagements pris en 2014. Au nom de la confiance que nous accorde quotidiennement une grande majorité de la population, il était indispensable que nous remplissions notre contrat à l’égard des Nanterriens. Nous pouvons nous réjouir d’avoir tenu le cap tout en maitrisant notre dette, notre fiscalité et sans renoncer à un investissement ambitieux ni à un fort niveau de service. Notre capacité à se désendetter a également été préservée. En s’élevant à 9.7 ans elle se situe en deçà du niveau préconisé.   Cependant, cette satisfaction ne nous exonère pas de faire preuve de lucidité et de vigilance pour l’avenir. Nous devons être Lucides et vigilants face aux chantiers importants qui restent à entreprendre pour accompagner la transformation de notre ville. Nous devons l’être également, afin de transformer Nanterre en une une ville à vivre pour tous, quelques soit son niveau de vie. Notre défi est de répondre en même temps aux aspirations et aux besoins des Nanterriens qui vivent ici depuis toujours et aux besoins et aspirations des Nanterriens nouvellement arrivés dans notre ville. Aujourd’hui, notre préoccupation ne doit donc pas se cantonner à faire le bilan de ce que nous avons accompli, mais elle nous oblige à nous pencher sur les sujets sur lesquels nous ne sommes pas allés ni assez vite, ni assez loin. En matière de sécurité, et du traitement des incivilités nous réclamons depuis 2014, comme je l’ai dit précédemment, une politique plus volontariste et plus assumée. Arrêtons de nous cacher derrière notre petit doigt. Nanterre a besoin d’une véritable police municipale et nombre de Nanterriens ne comprennent pas notre fébrilité sur cette question. Concernant le stationnement, dans le cadre d’une réunion sur le sujet organisée par l’association Nanterre d’Avenir, des Nanterriens nous ont fait part de leur incompréhension et insatisfaction face à notre politique de stationnement. J’ai moi-même manifesté mon étonnement auprès de la présidente de l’office face à la décision de ne pas renouveler le bail du parking des champs aux melles. Comment peut-on tenter de canaliser le stationnent en surface quand on réduit les places en sous-sol dans un quartier en tension ? C’est 360 places en moins qui étaient louées et qui répondaient donc à un besoin. Durant ce débat, des solutions alternatives ont émergées pour réguler le stationnement telles que la création de stationnement en zone bleue, la mise en place de garages solidaires pour permettre d’endiguer la mécanique sauvage, la programmation de travaux de sécurisation et de rénovation des parkings …, autant de solutions qui méritent réflexions. En tout état de cause ce sujet exige une remise à plat de l’existant et mérite une véritable concertation avec les habitants, à l’instar de celle qui a été, tout dernièrement, menée par la ville de Gennevilliers. En matière de politique environnementale, même si nous n’avons pas à rougir de notre bilan, l’urgence climatique et ses impacts sur la santé de tous nous oblige à agir avec énergie. La lutte contre la pollution atmosphérique et contre la présence permanente dans notre environnement de perturbateurs endocriniens doivent être plus que jamais au cœur de nos priorités. Aujourd’hui la surmortalité en zone dense liée à la pollution atmosphérique est estimée à 6600 décès par an. De nombreuses études mettent en exergue également une inquiétante augmentation des maladies chroniques respiratoires, notamment chez les plus jeunes.  La gravité de la situation exige de nous de faire preuve de courage politique et d’aller plus vite et plus loin. C’est dans ce sens que nous avons proposé que notre ville signe avant 2019 la Charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens ». Sur ce sujet particulièrement le temps presse, nous devons modifier nos pratiques ! N’attendons pas l’application de la loi en 2025 pour interdire l’utilisation de contenant en plastique dans les cantines ! Formons nos agents et informons nos concitoyens ! Dans le même esprit, la métropole du grand Paris vient de décider, très en retard par rapport à 227 métropoles européennes, la création d’une zone à circulation restreinte à l’intérieur de la A86 afin d’améliorer de manière significative la qualité de l’air.  Sans négliger l’impact financier pour les citoyens qui devront changer de voiture, nous souhaitons que notre ville prenne à bras le corps ce sujet et qu’elle soit exemplaire dans l’application de cette restriction. En matière d’éducation nous avons durant ce mandat mené une politique d’investissement volontariste sans précédent depuis 30 ans. Cet effort se poursuivra en 2019 puisque nous y consacrerons environ 10 millions d’euros avec l’ouverture de Makeba, du centre de loisirs élémentaire Joliot-Curie et la rénovation du centre de Loisirs Bizis. Cette ambition couplée à notre politique de renouvellement urbain est nécessaire à la recherche de mixité dans les établissements mais elle ne suffit pas. Il nous faudra être exigeants avec nos partenaires de l’Education Nationale pour obtenir une offre Educative attractive pour tous. En conclusion, vous l’aurez constaté nous apportons une vision « plurielle » au Nanterre de demain.   Je vous remercie. Zacharia BEN AMAR